Vous êtes ici   Les Mots Totems | Vivants tes misérables, Hugo! |

Vivants tes misérables, Hugo!
An 2002 Ils sont toujours vivants tes misérables Hugo Si tes mots leurs avaient donné corps et âme Mon millénaire n'a pas fait mieux Armée d'errants mal fagotés Au squelette si frêle Qu'on peut voir au travers de leurs veines Suinter le mauvais vin On les regarde avec nos yeux qui ne voient plus Traîner leurs guêtres et leur chagrin Sur les trottoirs usés de Paris et d'ailleurs Et dans la pâle lueur de la lune Quand la chaleur se fait froidure Et que s'allume le réverbère On ne fait pourtant jamais l'amalgame Avec le badaud serein qui ballade son chien Pour qu'il respire et court Et le laisse tranquille Parce qu'ils ne se sont jamais remis d'avoir aimé un jour Ou pire encore de n'avoir connu que le désamour Ils abusent des tues l’amour que la société leur sert En plus de la soupe populaire Drogues et alcools étiolent ainsi leur dernier doute Quant au bien fondé de leur destinée Trop souvent malmenés par ceux-là même en qui ils croyaient Mal compris et mal aimés Égarés sur des chemins d'errances Puis de "renaissances" Qui pourrait leur en vouloir d'avoir perdu confiance En eux-mêmes et en toute humanité Trop peu respectés Trop seuls Trop confronté au malheur Qui rend si amer le goût de cette dîtes vie Fragilisés par tant d'indifférence Comme verrouillé de l'intérieur Le cœur transi de s'être trop serré Aujourd'hui et demain Hommes et femmes agenouillés devant l'inachevé Sûrement athées Que sont devenus tous leurs possibles?
Valérie Gonzalez