Vous êtes ici   Les Mots Totems | Thaumaturgie du vivre |

Thaumaturgie du vivre
Mot Ligature des trompes d’eaux dans les yeux Lèvres qui se délectent d’éprouver le silence Ton sang sur mes mains noie ma ligne de vie Dans l’artère se transforme en caillot Renvoie au précepte de l’échéance J’ai froid dans mon désert et chaud dans ma caverne Graine de moi exportée par le souffle d’Éole Radeau grisé par les hasards heureux D’un océan qui affranchi de sa source Vit tous ses bleus jusqu’à l’indigo Parce que l’on est plus vivant que mort Dans la nuit qui divise L’infini qui s’étiole Nous prend à corps et à cris Fait de nous ses lucioles Reste la chaleur de la lampe Contre le froid des idées L’enseignement des papillons Enivrés de lumière Reste la main accédant à la rampe Son prolongement qui échappe à la vue L'hypothétique triomphe du jour Sur l'opacité d’une porte murée Reste le goût du jouir dans les rêves Cette passerelle entre eux et le réel La voix du cœur et tout ce miel A distiller jusqu’à l’ivresse Reste Parce qu’il ne suffit pas de naître Encore faut-il devenir Demeurer immobile Dans le grand incendie Qui consume nos terres Les assaini de nos peurs d’origine Alors et seulement Par ce baptême du feu L’esprit s’affranchi Se mue en végétaux Uniques et libres Thaumaturgie du vivre Leurs rhizomes s'enfouissent Par le pouvoir des mots dits Nous enracinent Au monde des vivants Alors et simplement Pouvoir dire Je suis.
Valérie Gonzalez