Vous êtes ici   Les Mots Totems | Plus de mal |

Plus de mal
Un jour tu sais, tes mots glisseront sur moi Comme une averse risible, crachat d’embruns Ce sera pour toi une douche froide, Le vertige de la chute et de l’affront. Dans un bain de silence vermillon Tu tiendras dans tes mains le rouge sang de ma colère Contemplant impuissant ton suicide involontaire, Les dividendes de tes années de silence. Parle-moi, Perpétuelle quête d’alors… Ton regard scrute cet au-delà imaginaire, Ce rien où je ne suis plus. Le chien de fusil de nos vies s’est tu, Tu as délibérément cisaillé ce fil d’Ariane Il est rompu à tout jamais. A ton tour à présent d’expérimenter les larmes Et le naufrage de l’âme dans les lacs factices de tes nuits Regarde-moi ! Ne me regarde plus! Peu m’importe au fond, j’ai muré la prison où tes rêves M’entraînaient par le fond, Condamné l’entrée de ta Principauté de petit roi tyran. Ne reste que des blocs de pierres épars Ta sépulture ouverte Et sur ce tas de gravas ensanglantés, Tes souvenirs offerts en pâture au temps.
Valérie Gonzalez