Vous êtes ici   Les Mots Totems | L'instrument et l'instrumentaliste du verbe Aimer |

L'instrument et l'instrumentaliste du verbe Aimer
Un jour j’irais enterrer mon enfance 
Au pied d’un géant qui joue de ses feuilles comme d’un instrument
Le jour où je me déciderais à sauter 
De ce rebord de fenêtre d’où je me regarde passer

Au bord du fleuve j’irais 
Dire adieu à cette autre qui coexiste en moi
Contour de silhouette 
Squelette de ce que je me figurais être dans le désir de l’autre, 

Devant cette tombe à ciel ouvert et imparfaite 
Je renoncerais à ma toute puissante
Je lècherais mes plaies une dernière fois 
Réflexe d’antan
Défense d’animal blessé pris au leurre de sa propre peur

Après cela je n’aurais plus jamais mal

Et quand l’amour se présentera
Ma peau s’accordera à l’archer qui l’émeut,
Peut-être alors et sûrement que je pourrais moi aussi… 
M’orchestrais avec tout ce qui vit,
Mes frères humains et Dieu aussi 

Pour inventer 
Puis interpréter 
Ma propre symphonie du verbe aimer.

Valérie Gonzalez