Vous êtes ici   Les Mots Totems | Les secrets du chant du vent |

Les Secrets du Chant Du Vent
Deuxième jour de tempête
La nuit m’avait laissé le temps de déjouer le piège du Néant
Ce lieu où l’on ne ressent pas…

J’étais maître de mon cerveau
Je l’avais mis en veille dans la contemplation d’une pierre
A présent c’est le vent qui courrait dans mes veines
Point de mots juste des sensations… 

Et cette cascade d’images qu’il faisait se déverser en moi
Chute d’eau tantôt calme et apaisante 
Tantôt rugissante pareil à un tigre sorti de mon épouvante
J’étais traversée des deux
De la paix du silence et de la fureur du monde

Il fallait que j’arrive à m’extraire de ces eaux belles et nauséabondes 
Pour plonger en moi et atteindre la rive des sens en éveils
Redevenir l’enfant au creux du ventre de la terre
Avant de renaître dans celui de ma mère…

Périple mille fois tenté et avorté prématurément
Tous voués à l’échec sans les conseils avisés du vent…

Respiration haletante
Le flot de la vie avait rompu tous les barrages de l'appréhension
Je m’accouchais dans le grand fracas du magma nourricier
Me laisser consumer par la fièvre du désir de transcender mon être
Pour ne faire plus qu’un avec l’univers dans son intégralité
Avec ce tout magnifique que je pressentais…

Mes yeux se sont de nouveau ouverts et j’ai pu voir le jour dans la nuit
Quelqu’un se tenait prés de moi et de sa présence je n’ai pu garder
Que le sentiment incrusté dans ma peau de sa douceur et de sa bienveillance…

L’amour inondait mon cœur et mon regard essayait vainement de contenir
Des lacs tout entiers
Je me suis laisser aller à pleurer et ces larmes m’ont fait un cadeau
Elles m’ont appris à me laver le corps et l’esprit. 

Parce que j’ai su inventer le chant du vent dans la contemplation d’une pierre
Je sais aujourd’hui déjouer les pièges du néant et raviver ma foi en la vie
Si tu le veux tu le peux toi aussi …
Juste admettre que l'Impossible n'est pas possible.

Valérie Gonzalez