Vous êtes ici   Les Mots Totems | Le jeu du je |

Le jeu du je
Quand mes voyelles s’entrechoquent C’est pour mieux choquer ce cœur Qui en ces heures d’économie Dangereusement ralenti Il peaufine, parachève le souffle L’entrée en matière d’une agonie de verbe Pour dire ce qui est hors de portée pour lui Tout en dedans pourtant si loin… La bouche si longtemps cousue déconfite se mord Le sang s’écoule et fuit la vie L'intransigeant silence oppose son veto Recouvre toutes choses de son suaire terrible Alors seulement surgit une ambulance amie Qui me transporte moi et mon lourd sac à dos Toutes lumières dehors et sirène enrôlée, Ouvre la voix et l’avenue aux mots - Je te parle d’un hôpital Où les murs blancs calment les yeux Chacun d’eux étant occupé A essayer de voir ce que l’autre ne veut J’ai très vite exclu le silence et la mort De mon dispensaire d’émotions Ici je peux quitter le lit-muet du corps Pour me rendre à mon chevet Une table basse pour abattre les cartes L’âtre se prête bien au jeu du je Trop de clarté abîme la parole Ici rien ne m’affole C’est le nœud dans l’estomac qui se dénoue Des Nous par milliers peuplent les couloirs Vivants ou fantômes ? Au bon vouloir du temps qui passe… Moins seule à présent je parcours ce royaume Où l’enfance jouit tout à lui d’un espace, Doucement je sens mon regard s’élever Se frayer un chemin en direction du monde.
Valérie Gonzalez