Vous êtes ici   Les Mots Totems | Le grand bal de la vie |

Le grand bal de la vie
L’enfant jouait des pieds sur le parquet ciré

Ici même avait lieu le grand bal de la vie
Son rêve était tout neuf 
Ses yeux encore indemnes des souillures manifestes
	Nul éclat ou débris du monde
N’avait encore maculé son esprit exempté 

Les hommes s’affairaient à leurs tâches usuelles
Les femmes enfantaient des anges sans carcan
Le diable sectionnait les ailes
Dieu cautérisait les plaies

Sur cette scène de théâtre où chacun devient qui il veut
Le miracle avait lieu continuellement 
Sans que cela ne paraisse comme tel aux yeux des vivants

	L’enfant souriait au néant 

Conscient de cette vérité mais déjà bien lucide
Que demain ou plus tard 
Il oublierait comme tout un chacun 
Ce fondement vital 
Et qu’il deviendrait homme que le mal visite

Peur s’immisçant dans le cœur du monde.

Valérie Gonzalez