Vous êtes ici   Les Mots Totems | La femme blessée |

La femme blessée
Le ciel arbore sa teinte grenadine Il est trop tôt encore Pour que je me risque dehors Depuis toi Je suis devenue quelqu'un du dedans Je n'ose plus me mettre en avant Même si ton image et ma peine ne courent plus dans les rues Même si je m'échine à croire que j'ai oublié Qui tu étais Je n'ai pas oublié les traces de toi Traces de doigts sur la peau Traces mnésiques Auxquelles ni le corps ni le temps ne résistent Depuis toi plus fragile Fréquemment je m'exile sur un imaginaire îlot Où je calme colère et d'où je reviens toujours le regard dure Ou simulant un rhume Tu vois J'ai appris la magie des mots Avec eux je réinvente un monde où tu ne serais pas J'apprends à ne plus avoir peur A déverrouiller mon cœur De l'intérieur A ne plus croire que derrière tous les yeux des hommes Peut-être se dissimule un regard qui bascule Vers là où la folie se vit Où la raison s'ignore Tu vois malgré tous tes efforts J'y crois encore.
Valérie Gonzalez