Vous êtes ici   Les Mots Totems | La chaise vide |

La chaise vide
Travelling avant sur un pan de table Avenant comme un quai de gare à trois heures du mat’ Silence incommodant Les fantômes ne sont jamais rares dans cet espace temps Triturer les doigts et tordre le cou à l’amer goût mélancolique Regarder au-delà Parle fenêtre ! Bruit mécanique Le chat nous donne une leçon de vie Vautré pas loin du poêle à bois qui rougit Froid métal du regard souvenir Figé Comme fixé sur le papier Photo jaunie L’absent se ressert à boire Un coup de larme pour noyer le drame Chaise vide Une porte claque et la raison s’emballe Souffle court Un frisson parcourt l’échine Se plante dans le cœur du vivant Comme une épine Ne pas en mourir même si l’incitation est à son comble Comble du pire Meubler l’émotion Taire les mots et les émois En terre l’autre est toujours droit Terreau de nos jeunes années La mort a tout gelé Poussière d’adversité Une âme avant de s'affranchir jette un dernier coup d’œil Sur l'ambivalence et les basses manœuvres D’une veillée qui s’endeuille de mots en larmes de croco Armure de peau et chaise vide La place de l’autre est toujours là Mais un désir plus salvateur l’a transporté Dans un élan de vie Au-delà du cercle qui enferme Le cœur libéré de ses chaînes A ce jour et pour le reste de son temps libre et vivant Il est.
Valérie Gonzalez