Vous êtes ici   Les Mots Totems | Des diables et des figures |

	
Des diables et des figures
Je décroche un regard Sous les pavés l’utopie a pris la couleur des os Mes yeux sont deux drapeaux noirs Qui s’accrochent au hasard L’enfant nié piétine son chagrin Ses pieds sont tambourins Il s’accroche à sa mère La frappe avec ses mains La pluie de ses yeux s’en mêle L’eau ruisselle Vermeil comme les drames Bleue comme un lac de larmes L’enfant serre le bras de son père Transforme une plainte en soupir Pour le marquer à tout jamais Plante ses ongles dans la chair L’amour fait mal quand il se parle A soi même Dans le vain chimérique Avec la voix de mots muets Je raccroche un espoir Des diables escortent un cercueil jusqu’à son mausolée A l’intérieur un idéal repose L’enfant suit le cortège Renonce devant la mise en bière À honorer père et mère Arrache les masques des visages Les sans figures restent de marbre Je pars Je vais là où les pensées de boue coulent à l’égout Où les pensées debout courent jusqu’au bout Elle – " l’enfantée maintenant " Demeure dans ce corps où j’ai du mal à habiter S’incarne en lueur là où s’instaure l’obscurité.
Valérie Gonzalez