Vous êtes ici   Les Mots Totems | Au carnaval des songes |

Au carnaval des songes
Je ne m’appelle plus Mon nom ne répond pas Je m’étincelle dans la mèche à poudre Me cendre dans le poêle à rêves Mes soupirs ventilent pour la paix Je me baptise d’eau usité La brûlure court à la source du foyer Foi et amour stockés dans l’arrière cour D’églises de papier Le vent sur sa lyre interprète l’ire mienne Je me déserte sur des quais de hasards Qu’importe le totem de ces lieux dits de culte L’inculte a le savoir du bout des doigts Sait du fourreau détacher le fruit des mots Un sang reptilien gonfle mes vaisseaux Je me défends de couler en nage Le fleuve ancien charrie des emballages d’âmes Tatouées d’encre préhistorique Je me palme pour tracer dans le contemporain néant Le tigre m’épouvante ou l’instinct de la sauvegarde Je m’évertue à la bagatelle du risque Signer du sang délivré cette promesse de vie Je mets vertu en parallèle du vice Pour élaguer les bas côté et recentrer mes pas Sur les flots du Nil ancestral mes mots se sont unis aux signes Je sais en moi les traces de l’origine Tracer dans la terre un cercle qui m’en éloigne Je m’en suis fait un masque A porter dans les rêves qui soignent Au carnaval des songes des diables ont épongé mes larmes.
Valérie Gonzalez