Vous êtes ici   Les Mots Totems | A l'Endroit/A l'Envers |

A l'Endroit/A l'Envers
A l’endroit/
 
Ici, à ce moment précis, j’ai pour moi le silence flottant dans la lumière de midi.
Et le penchant du cœur adéquat pour l’entendre.
Qu’il laisse l’allégresse s’étendre jusqu’au repli du moi, feu exalté qui prend aux racines des rêves,
brûlés par le désir, mais ne calcine en rien les terres de l’inconnu fertile.
Je regarde demain qui me propose sa litanie d’inédits à oser vivre l’instant pour purifier les plaies.
Il sait que le puits est sans fond et que j’en suis moi l’eau à renouveler,
il s’est vu lui-même naître aux reflets utiles.
On ne sait pas toujours pourquoi être vivant, ou on le sait trop.
Et si j’étais dans la force des mots.
J’ai appris à nommer en me laissant toucher par des paroles rares,
je me suis fait réceptacle aux cris muets et j’ai su les hurler.
A gorge déployée, mon destin rit, c’est tout ce que je suis.
 
A l’envers/
 
Ici, à ce moment précis, j’aurais besoin du bruit détaillé de la pluie.
Et d’une pente douce pour la laisser aller.
Qu’elle emporte la tristesse tapie au fond de moi, eau morte qui s’agite encore
au râle soupir d’un rêve craquelé, mais dont il ne reste que le sel à faire hurler la plaie.
Je regarde mes mains qui me supplient de les initier d’urgence à des gestes nouveaux.
Elles savent qu’elles n’iront plus puiser l’eau du puits, il s’est bu lui-même à défaut d’être utile.
On ne sait pas toujours pourquoi être sans vie, ou on le sait trop fort.
Et si je me trompais encore de mot.
J’ai désappris à nommer à trop boire de paroles, je me suis soûlée et j’ai tout oublié.
Mon destin cri, c’est tout ce que je sais.
 

 

Valérie Gonzalez